What _.jpg

WHaT ?

aRT

&

aS aRT

BREAKTHEMONOTONY

! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! !                 

Le propos de cette première proposition à durée indéterminée signée aRT & aS aRT est clair :

il s’agit de rompre la monotonie de longue date installée en zone urbaine dans l’espace public

— parcs et jardincs, places et parkings, rues et trottoirs… — ainsi qu’à sa lisière frontière,

sur les murs, les façades, les enceintes qui séparent espaces publics et espaces privés…

1°) en peignant à la bombe un peu partout des CaRRéS D’aRT & aS aRT de différents formats

— de 1 a 6 mètres carrés — en mode monochrome : bleu, blanc, jaune, noir, rose, rouge, vert

ou encore or et acier anodisé histoire de créer quelque chose comme un effet miroir…  

2°) en graffant une semaine plus tard sur chacun de ces CaRRéS D’aRT & aS aRT différents énoncés

— laconiques, énigmatiques, poétiques, zététiques… — conçus et réalisés dans différentes langues,

selon différentes formes de design graphique, à l’aide de sprays de différentes couleurs. Exemple : BREAKTHEMONOTONY… Autres exemples : Ça Change Tout… ON N’EST PAS LÀ POUR ÊTRE ICI…

l’oeuvre ne s’impose pas… NOT PLANNED…  prochainement nouveau concept… N’iMPoRTe Qui

PeuT FaiRe N’iMPoRTe Quoi… THIS IS NOT… NO FULTURE… Ça me plait… l’image est une chose

qui n’est pas la chose… LOOKS UNFINISHED BUT IT’S NOT… without words…  ART IN THE AGE

OF EXTINCTION… demain est annulé… RESPIRER UNE FOIS SUR DEUX… l’erreur est urbaine…

I USED TO MAKE CONCEPTUAL ART NOW I JUST SAY I DO…
Je suis hors-champ… le moindre est fort… NO SHOW TODAY…

3°) en effaçant à la bombe une semaine plus tard chacun des énoncés graffés,

toujours en mode monochrome mais uniquement en blanc et en prenant bien soin

de ne pas s’appliquer, autrement dit de blanchir y compris au-delà de la seule surface

de tout CaRRé D’aRT & aS aRT…

4°) en re-graffant une semaine plus tard de nouveaux énoncés

sur chacun de ses nouveaux espaces monochromes blancs

5°) et ainsi de suite…


PRETTY VACANT

! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! !                 


Le propos de cette seconde proposition à durée déterminée signée aRT & aS aRT est clair
. Il se résume à ces deux mots, ce titre, ce PRETTY VACANT, ce nous sommes TELLEMENT VIDES
… Oui, mais avec toute l’ambiguité qu’il y a entre l’adjectif PRETTY qui signifie JOLI et l’adverbe PRETTY

qui peut signifier JOLIMENT autrement dit TELLEMENT, DRÔLEMENT, VACHEMENT, TERRIBLEMENT…

Et puis, il y a dans ce VACANT, ce son, cette prononciation obscène, ce VACUNT qui convoque le CUNT,

le CON… Une ambiguité qui autorise aRT & aS aRT à proposer par conséquent quantité d’aller-retours

entre le JOLIMENT VACANT et le TELLEMENT CON… Des aller-retours que le display s’appliquera

à ne rendre visibles, lisibles et intelligibles qu’après réflexion…

En effet, VACANT oblige, il ne devrait pas y avoir grand chose à voir…
Rien à voir en tout cas avec ce qu’on pourrait appeler une expo comme toutes les autres…
Juste des palissades et des murs graffés ou photograffés, pour habiller les murs du showroom…
Juste des odradeks, des punks et des sans domicile avec chiens, des vrais, au pied des palissades
et des murs ci-avant dits… Juste des images de grues, de citernes et d’immeubles underconstruction
au-delà desdites palissades et desdits murs… Juste une bande son en mille morceaux du PRETTY VACANT
de Johnny Rotten et des Sex Pistols… Juste des éclats de voix off envoyant des bouts de textes signés

George Grosz, Johnny Rotten, Henri Lefèbvre, Dick Hebdige, J.G. Ballard, Enrique Vila-Matas, Samuel Beckett, Alice Pfeiffer… Juste ce qu’il faut de coïts, de fertilisations croisées, de métissages, de mix et de remix entre art d’en-haut

et art d’en-bas pour dire quelque part le sens du style de quelque chose comme une forme de sous-culture

livrée en vrac, en pièces détachées…


ÉTANT DONNÉS :

1°) LA CHUTE D’EAU


Au sommaire de ce premier numéro du fanzine ÉTANT DONNÉS
, quantités d’histoires d'eau et autres actualités aqueuses relatives à l’hypothèse aRT & aS aRT :

​de l’arroseur arrosé des frères Lumière aux arrosoirs arrosant

de Bertrand Lavier, en passant entre autres choses par la Fountain, le Hérisson et les Étant donnés

de Marcel Duchamp ; par La Joconde est dans l’escalier de Robert Filliou ; par toutes les chutes

mises en oeuvre par Bas Jan Ader ; par les fontaines sophistiquées d’Alain Leonesi ; par l’importance

de la pluie dans l’oeuvre de Marie-Cécile Conilh de Beyssac ; par les éponges, les bottes et les parapluies

dans l’oeuvre d’Yves Lappert ; sans oublier les sauts à pieds joints de Georges Ça Zenove

dans les flaques d’eau…

ÉTANT DONNÉS :

2°) LE GAZ D’ÉCLAIRAGE


Au sommaire de ce numéro 2 du fanzine ÉTANT DONNÉS
, quantités d’histoires gazeuses et autres éclairantes actualités relatives à l’hypothèse aRT & aS aRT :
des cavernes de Lascaux et Platon au Weather Project d’Olafur Eliasson, en passant entre autres choses

par la Fresh Widow, le Bec Auer, le Eau & gaz à tous les étages et les Ètant donnés de Marcel Duchamp ;

par la science de la lumière et de sa propagation selon Kepler ; par La Dioptrique selon Descartes ;

par la théorie de la réception par tout oeil de tout rayon lumineux selon Ibn al-Haytham ; par l’invention

de la camera obscura qui précéda celle dite de la photographie, qui fait que tout le monde est depuis passé

du statut de regardeur spectateur consommateur d’art à celui d’acteur opérateur auteur d’images d’aRT & aS aRT ;

par la singulière question que se posait Robert Smithson à propos du regard à facettes multiples des insectes : Pourquoi les mouches devraient-elles être privées d’art ? ; par tous les catadioptres readymades qu’Isabelle Poussière Poussier a choisi d’intituler iris ; sans oublier ni tous les néons des Dan Flavin, Joseph Kosuth, Piotr Kowalski, François Morellet, Maurizio Nanucci, Keith Sonnier, Jean-Michel Alberola et autre collectif NOWHERE
, ni le projet Supergaz du collectif Superflex …


ÉTANT DONNÉS :

 

3*) LE COUP DE DÉS

Au sommaire du numéro 3 du fanzine ÉTANT DONNÉS
, quantités d’histoires et autres éclairantes actualités relatives au jeu et hasard dans l’hypothèse aRT & aS aRT :
du coup de dés de Stéphane Mallarmé à celui des dés pipés d’Elsa Werth ; en passant par le Carré Noir et le Carré Blanc sur fond blanc de Malévitch ; par une diagonale on ne peut plus minimale de Rodtchenko ; par l’essai

Point Ligne Plan de Kandinsky ; par l’album Un coup de dés de Marcel Broodthaers ; par le Un, Eins, One

de Robert Filliou ; sans oublier ni l’approche idéologique du White Cube signée Brian O’Doherty,

ni Les Promesses du zéro annoncées par Michel Gauthier à partir des démarches des Robert Smithson,
Carsten Höller, Ed Ruscha, Martin Creed, John M Armleder et autre Tino Sehgal, ni l’exposition

Vides / Une rétrspective imaginée et proposée post-Klein & Co par John M Armleder,
Mathieu Copeland, Gustav Metzger, Mai-Thu Perret, Clive Phillpot & Co…